MDPH 31 Maison Départementale des Personnes Handicapées

Passer le menu
Haute Garonne, chacun est important

Vous êtes ici : Informations Générales

Un numéro de téléphone pour aider les accompagnants en Midi-Pyrénées
Les accompagnants de proches atteints de maladie neuro-dégénérative disposent désormais d’un numéro de téléphone qu’ils peuvent joindre. Un contact téléphonique à leur disposition en cas de difficultés psychologiques. Ils seront écoutés et soutenus par des correspondants formés pour les aider à assumer les moments les plus difficiles de leurs missions, auprès d’un proche malade. Des maladies qui peuvent prendre diverses formes comme Parkinson, Alzheimer, Sclérose En Plaques. Téléphone (prix appel local) : 0806.806.830, ouvert 7/7, de 18h00 à 22h00.
Plus d’informations sur l'aide aux aidants

Une appli qui facilite les déplacements
Désormais, et grâce aux nouvelles technologies numériques, les déplacements des personnes en situation de handicap seront facilitées. L’application gratuite sur smartphone « Handi-map » fournit des données d’accessibilité d’un territoire sélectionné. Elle répond aux besoins des usagers à la recherche d’établissement publics et privés, dans un secteur parcouru. Mieux encore, Handi-map informe de la présence d’éléments signalétiques, comme les feux sonores, les surfaces podotactiles et les places de stationnement réservées aux personnes handicapées.
Plus d’informations sur l’application : http://www.handimap.org/  

Handivalise.fr : En voyage solidaire et coopératif
Un nouveau site Internet dédié aux personnes handicapées désirant voyager, en toute facilité, vient d’être lancé. Son nom : Handivalise.fr. Sa démarche consiste à trouver un voyageur qui effectue le même trajet, et surtout qui accepte d’aider la personne à mobilité réduite. L’expérience sera d’abord tentée pour des voyages en train, en attendant d’autres modes de déplacements. Les contacts, quant à eux, seront organisés par le biais du site. Au final, comme le disent les fondateurs de Handivalise.fr, « tout le monde est gagnant, la personne handicapée trouve l’aide humaine dont elle a besoin pour effectuer son voyage ; l’accompagnateur, qui avait prévu de faire ce trajet, bénéficie d’un défraiement ou d’une réduction sur son billet de train ».
http://www.faire-face.fr/2016/04/22/handivalise-voyager-accompagnateur 

Personnes âgées vieillissantes : des solutions
La Caisse nationale de solidarité pour l’autonome (CNSA) propose sur son site Internet un dossier complet sur le thème des Personnes handicapées âgées : quelles solutions ? Au sommaire de ce long document, les différentes solutions d’accompagnement en fonction des modes de résidence de ces personnes âgées handicapées : quand le lieu de vie est un domicile ordinaire, quand le lieu de vie est un établissement, quand la vie dans le lieu de vie habituel n’est plus possible ou souhaitée. Car, comme le précise l’article de la CNSA, chez les personnes en situation de lourd handicap, le vieillissement peut s’avérer encore plus complexe que d’habitude, selon les pathologies, et les parcours de vie parfois chaotiques.
Dossier complet sur http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/dossiers/personnes-handicapees-agees-quelles-solutions

Création d’un mémorial en hommage aux personnes handicapées victimes de vichy
Un fait historique peu connu que les associations veulent révéler à un large public : l’internement et le massacre de plusieurs dizaines de milliers de personnes handicapées, entre 1941 et 1945 par le régime de Vichy. A l’initiative de cet acte de reconnaissance, Charles Gardou, professeur des Universités à Lyon, auteur de nombreux travaux anthropologiques portant sur la thématique de la diversité humaine, de la vulnérabilité et de leurs multiples expressions. Cet hiver, dans la perspective du 10ème anniversaire de la loi du 11 février 2005, l’enseignant a lancé une pétition pour « la création d’un mémorial en hommage aux personnes handicapées victimes du régime nazi et de Vichy ». Un geste fort salué par le Président François Hollande qui a donné son accord pour la réalisation de ce mémorial, en soulignant qu’il était « important que, dans les principaux lieux où cette tragédie s’est déroulée, des gestes puissent être effectués afin d’en rappeler le souvenir et d’en honorer les victimes ». De nombreuses personnalités se sont mobilisées, en signant très tôt la pétition :le sociologue Edgar Morin, l’écrivain Tahar Ben Jelloun, les journalistes Jean-Claude Guillebaud, Serge Moati et Patrick Poivre d’Arvor, le pédopsychiatre Marcel Rufo, et les réalisateurs du film « Intouchables » Nakache et Eric Toledano.
https://www.change.org/p/pour-un-m%C3%A9morial-en-hommage-aux-personnes-handicap%C3%A9es-victimes-du-r%C3%A9gime-nazi-et-de-vichy

Droit du public handicapé, une nouvelle qualification universitaire
L’université catholique de Lyon assure diplôme universitaire (DU) visant à former les professionnels du droit dans la défense des droits des personnes handicapées. Ses dirigeants l’assurent, « cette formation veut contribuer à la modernisation de la justice. La prise en compte du handicap exige, à tous niveaux de l'accès au droit, la présence de juristes formés. » Un diplôme d’autant plus utile pour la mairie de Paris que la capitale organise, déjà, une permanence juridique, mais uniquement, pour les sourds et malentendants. Car, comme le souligne Anne-Sarah Kertudo, chargée de mission au sein de la Mairie de Paris, et juriste bilingue, « la majeure partie du public sourd ne sait pas lire ou a de grosses difficultés. De fait, les sourds paraissent souvent ignorants du contexte dans lequel ils évoluent et les questions qu'ils posent sur leurs droits révèlent, pour nombre d'entre eux, cette forte exclusion sociale. »
http://informations.handicap.fr/art-former-droit-handicap-853-7412.php

Technologie : Vers la fin des handicaps ?
Et si demain les implants et la nouvelle technologie venaient pallier les carences et les handicaps humains ? Nulle question de bioéthique ici, juste le mariage harmonieux et utile de la technique et des nécessités humaines. Les besoins sont tels que des sociétés investissent du capital humain, technique et financier pour parvenir à des résultats aussi efficients que commercialisables. C’est le cas de la société française Pixium Vision qui conçoit actuellement des implants posés sur la rétine qui permettent aux malvoyants d’améliorer leur vision. Autre invention essentielle, la cane blanche qui vibre dès qu’un obstacle est détecté à plus de 60 centimètres ; diminuant ainsi les risques de chutes ou de heurts brutaux. La société Duspavoni, productrice de ces canes, élabore pour demain des chaussures intelligentes car anti-obstacles. Quant à celle-ci, elle rappellera aux plus anciens « l’Homme qui valait 3 milliards », il s’agit d’une prothèse bionique pour retrouver le sens du toucher. De leur côté, l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et l'Institut italien de Pise se sont unis pour mettre en place un système d’électrodes implantés sur certains nerfs du bras qui créent des impulsions nerveux et aide à retrouver des sensations de texture et de forme. Sont notamment concernées les personnes amputées d’un membre supérieur. Tant et plus de créations originales et compensatrices d’un handicap que l’on croyait irrémédiable.
http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/7-prototypes-high-tech-au-secours-des-personnes-handicapees_1628289.html

Hyperactifs, une chance à l’heure du 2.0
L’hyperactivité un handicap cognitif ? Pas que. Des chercheurs américains ont découvert que cette pathologie pouvait se transformer en capacité d’adaptation à l’heure du 2.0. Les enfants hyperactifs savent développer de grandes facilités en véritables spécialistes d’Internet. Attirés par de multiples projets, curieux par instinct, notre période de course à la nouveauté technologique et aux changements parait faite pour eux. Ce que confirme le psychiatre américain, Richard Friedman, qui se veut résolument optimiste : « Dans le bon environnement, ces traits de personnalité ne sont pas un handicap et peuvent être un réel atout ». Un avis partagé par le docteur Dominique Dupagne qui se penche depuis longtemps sur cette question : « Notre monde en pleine mutation et en accélération est fait pour eux ». Des versions souriantes de l’hyperactivité ne devant pas masquer ses aspects lourdement handicapants, comme une certaine difficulté à se concentrer. Reste que cette découverte a bien évidemment ses cotés séduisants lorsqu’on songe à certaines célébrités hyperactives reconnues pour leur seul talent…. Des noms ?  La journaliste de radio Pascale Clark, Antoine de Caunes, et, last but not least, Steve Jobs… Figure tutélaire de tous les geeks !
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/et-si-l-hyperactivite-etait-une-chance_1627770.html

Une ligne téléphonique pour les maladies rares
Les maladies rares sont un fléau pour ceux qui en sont victimes. Il n’empêche, des structures existent qui accompagnent les malades ; car au-delà des soins, ces derniers ont besoin d’écoute, de compréhension et de lien social. A cet effet, « Maladies Rares Infos Service » propose à tous, depuis deux ans, une ligne téléphonique où les personnes touchées peuvent bénéficier d’un accompagnement autant moral, psychologique que médical. Ce service téléphonique se donne quatre missions en particulier : l’information et le soutien, le « réseau social patients » maladies rares, des services complémentaires en fonction des activités, et la mise à disposition de la ligne Maladies rares infos services. Une ligne, effectivement, très utile tant ces pathologies mystérieuses confinent au handicap le plus absolu, car inconnues de la médecine. Maladie rares infos services représente, de fait, un complément souple et salutaire pour les victimes et les familles qui se posent, légitimement, des questions sur ces maladies dites, aussi, orphelines. Au plein sens du terme. Tél. 01.56.53.81.36 (prix appel local)
http://www.maladiesraresinfo.org

Aidants familiaux : l’appel du pied aux financements par les entreprises
A l’heure du vieillissement global de notre société, et d’une prise en compte plus complète des personnes à mobilité réduite et en situation de handicap, l’Union nationale des associations familiales (Unaf) et l’Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (Orse) proposent un guide précis des aidants familiaux. Premier constat, ces aidants sont dans une grande majorité des cas, 62 %, des membres de la famille. Plus de 8 millions d’aidants consacrent leurs journées à leur proche ou à une personne en demande. Par la publication de ce guide, les deux associations veulent particulièrement sensibiliser les acteurs économiques, et les entreprises en général. Une choix de cible pertinent, qui, espèrent-elles, pourrait se traduire par des soutiens économiques via des aides financières aux salariés, des attributions de jours d’absence couverts, des améliorations des droits en vue de départ en retraite, des indemnisations congés familiaux avec la personne aidée. Ou comment impliquer les entreprises, acteurs économiques à la responsabilité sociale évidente.
http://asp-indus.secure-zone.net/v2/index.jsp?id=1251/1643/4022&lng=f

Don de RTT : De l’acquis social au geste de solidarité entre salariés
Après avoir été une véritable conquête sociale, la RTT peut aujourd’hui se transformer en grand geste d’humanité. Désormais, il est possible à un salarié « d’offrir » sa RTT à un collègue parent dont l’enfant est gravement malade. Cette disposition intervient après que des salariés eurent offert, en 2012, à l’un de leur camarade d’entreprise, l’ensemble de leurs jours de compensation (soit 170) pour qu’il accompagne son fils en fin de vie. La loi Mathis du nom de l’enfant décédé n’attendait que l’aval des sénateurs pour être généralisée dans le privé, et dans la fonction publique. Cette loi précise que l’employé concerné doit assumer la charge d'un enfant âgé de moins de 20 ans atteint d'une maladie, d'un handicap ou victime d'un accident (situation attestée par un certificat médical détaillé). Durant son absence, il continue de percevoir son salaire, puisque son absence est compensée dans l’entreprise ou dans l’administration.
http://informations.handicap.fr/art-rtt-loi-humanitaire-53-6865.php

Un guide pour comprendre l’organisation des établissements d’accueil
Parmi les nombreux guides et ouvrages destinés à mieux comprendre le champ du handicap, en voilà une qui se distingue par son utilité pratique. Il s’intitule : « Secteur médico-social : comprendre pour agir mieux ». Publié par L'Agence nationale pour l'appui à la performance (ANAP) des établissements sanitaires et médico-sociaux, « Cette guide vise à apporter les principaux éléments de compréhension relatifs au secteur médico-social. Il traite spécifiquement des établissements et services accompagnant des personnes âgées et des personnes handicapées, enfants et adultes », précise ses rédacteurs. Ce guide comporte deux grands axes de présentation : le premier est consacré aux acteurs du champ sanitaire, le second évoque, plus largement,  les perspectives et les adaptations des établissements d’accueil en fonction des nouveaux besoins des usagers. Téléchargez ce document sur http://www.anap.fr/uploads/tx_sabasedocu/secteur_medicosoc_comprendre_pour_agir_mieux.pdf

 

Page précédente