MDPH 31 Maison Départementale des Personnes Handicapées

Passer le menu
Haute Garonne, chacun est important

Vous êtes ici : Informations Générales

ACCEO : Une application de traduction gratuite pour les sourds et malentendants
Une application révolutionnaire à télécharger sur son Smartphone vient d’être lancée. Son nom : ACCEO. Destinée aux personnes sourdes et malentendantes, l’application dispose de plusieurs capacités technologiques : moteur de recherche, système de géolocalisation, et surtout d’un accès simple et gratuit aux services d’opérateurs spécialisés en langue des signes française et en Transcription instantanée de la parole. Déjà plus de 22000 établissements en disposent pour accueillir le public en déficience auditive. Les services administratifs commencent à se doter de cet accès à la traduction immédiate et gratuite, notamment les maisons départementales des personnes handicapées.
Plus d’informations sur : https://www.acce-o.fr/particuliers/

Un numéro de téléphone pour aider les accompagnants en Midi-Pyrénées
Les accompagnants de proches atteints de maladie neuro-dégénérative disposent désormais d’un numéro de téléphone qu’ils peuvent joindre. Un contact téléphonique à leur disposition en cas de difficultés psychologiques. Ils seront écoutés et soutenus par des correspondants formés pour les aider à assumer les moments les plus difficiles de leurs missions, auprès d’un proche malade. Des maladies qui peuvent prendre diverses formes comme Parkinson, Alzheimer, Sclérose En Plaques. Téléphone (prix appel local) : 0806.806.830, ouvert 7/7, de 18h00 à 22h00.
Plus d’informations sur l'aide aux aidants

Une appli qui facilite les déplacements
Désormais, et grâce aux nouvelles technologies numériques, les déplacements des personnes en situation de handicap seront facilitées. L’application gratuite sur smartphone « Handi-map » fournit des données d’accessibilité d’un territoire sélectionné. Elle répond aux besoins des usagers à la recherche d’établissement publics et privés, dans un secteur parcouru. Mieux encore, Handi-map informe de la présence d’éléments signalétiques, comme les feux sonores, les surfaces podotactiles et les places de stationnement réservées aux personnes handicapées.
Plus d’informations sur l’application : http://www.handimap.org/  

Handivalise.fr : En voyage solidaire et coopératif
Un nouveau site Internet dédié aux personnes handicapées désirant voyager, en toute facilité, vient d’être lancé. Son nom : Handivalise.fr. Sa démarche consiste à trouver un voyageur qui effectue le même trajet, et surtout qui accepte d’aider la personne à mobilité réduite. L’expérience sera d’abord tentée pour des voyages en train, en attendant d’autres modes de déplacements. Les contacts, quant à eux, seront organisés par le biais du site. Au final, comme le disent les fondateurs de Handivalise.fr, « tout le monde est gagnant, la personne handicapée trouve l’aide humaine dont elle a besoin pour effectuer son voyage ; l’accompagnateur, qui avait prévu de faire ce trajet, bénéficie d’un défraiement ou d’une réduction sur son billet de train ».
http://www.faire-face.fr/2016/04/22/handivalise-voyager-accompagnateur 

Personnes âgées vieillissantes : des solutions
La Caisse nationale de solidarité pour l’autonome (CNSA) propose sur son site Internet un dossier complet sur le thème des Personnes handicapées âgées : quelles solutions ? Au sommaire de ce long document, les différentes solutions d’accompagnement en fonction des modes de résidence de ces personnes âgées handicapées : quand le lieu de vie est un domicile ordinaire, quand le lieu de vie est un établissement, quand la vie dans le lieu de vie habituel n’est plus possible ou souhaitée. Car, comme le précise l’article de la CNSA, chez les personnes en situation de lourd handicap, le vieillissement peut s’avérer encore plus complexe que d’habitude, selon les pathologies, et les parcours de vie parfois chaotiques.
Dossier complet sur http://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr/dossiers/personnes-handicapees-agees-quelles-solutions

Création d’un mémorial en hommage aux personnes handicapées victimes de vichy
Un fait historique peu connu que les associations veulent révéler à un large public : l’internement et le massacre de plusieurs dizaines de milliers de personnes handicapées, entre 1941 et 1945 par le régime de Vichy. A l’initiative de cet acte de reconnaissance, Charles Gardou, professeur des Universités à Lyon, auteur de nombreux travaux anthropologiques portant sur la thématique de la diversité humaine, de la vulnérabilité et de leurs multiples expressions. Cet hiver, dans la perspective du 10ème anniversaire de la loi du 11 février 2015, l’enseignant a lancé une pétition pour « la création d’un mémorial en hommage aux personnes handicapées victimes du régime nazi et de Vichy ». Un geste fort salué par le Président François Hollande qui a donné son accord pour la réalisation de ce mémorial, en soulignant qu’il était « important que, dans les principaux lieux où cette tragédie s’est déroulée, des gestes puissent être effectués afin d’en rappeler le souvenir et d’en honorer les victimes ». De nombreuses personnalités se sont mobilisées, en signant très tôt la pétition :le sociologue Edgar Morin, l’écrivain Tahar Ben Jelloun, les journalistes Jean-Claude Guillebaud, Serge Moati et Patrick Poivre d’Arvor, le pédopsychiatre Marcel Rufo, et les réalisateurs du film « Intouchables » Nakache et Eric Toledano.
https://www.change.org/p/pour-un-m%C3%A9morial-en-hommage-aux-personnes-handicap%C3%A9es-victimes-du-r%C3%A9gime-nazi-et-de-vichy

Une loi Santé « Touraine » entre interdictions et nouveaux droits
Indubitablement, le projet de loi Santé du gouvernement aura des implications importantes au quotidien. En tout cas, telle est l’ambition de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, à l’origine de ce plan qu’elle veut ambitieux. Clef de voute de ses propositions : le tiers-payant généralisé correspondant à ce fort pourcentage de la population hésitant à se rendre chez un médecin, en raison des avances de frais. Outre un accès favorisé aux soins, le plan Santé s’accompagne d’interdictions dignes de la loi Evin : Fin des services de sodas illimités dans les restaurants, interdiction de fumer dans les véhicules en présence de jeunes mineurs, condamnations lourdes contre toute publicité faite en faveur de l’anorexie. Mais la loi Touraine ouvre aussi de nouveaux droits en faveur des malades : le droit à l’oubli pour les cancers guéris. Une mesure symbolique et pratique qu’attendaient des personnes remises de la maladie, empêchées d’accéder à des crédits. Au total, tout un arsenal destiné à faire de la santé collective, un droit au quotidien. Si la ministre considère son texte comme « très sévère par rapport au tabac et à l’alcool », ses opposants déplorent une logique « hygiéniste ». « Vous voulez tout interdire, tout légiférer » s’est exclamé le député Ump Nicolas Dhuicq. Claude Evin avait eu droit au même traitement à l’époque de sa loi…
http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/04/11/ce-que-le-projet-de-loi-sante-va-changer-au-quotidien_4614241_1651302.html

Médecine : Le tiers-payant pour tous !
D’ici 2017, tous les assurés sociaux seront dispensés d’avance de frais lorsqu’ils iront en consultation médicale. Un projet de haute lutte pour Marisol Touraine à l’origine de ce progrès sanitaire et social. Premiers concernés, les personnes à bas revenus qui se comptent par millions en France : titulaires d’allocations sociales ou liées à un handicap, travailleurs précarisés, demandeurs d’emploi, jeunes disposant de peu de moyens. Autant de personnes qui n’hésitent pas à esquiver la médecine générale, notamment par manque de moyens. Dans un premier temps, 15 millions de patients potentiels seront prioritaires, jusqu’à la généralisation d’ici la fin du quinquennat. « Le tiers payant sera étendu à l'ensemble des Français parce que c'est juste, parce que c'est une mesure de progrès, parce que ça favorise l'accès aux soins », défend la ministre tout en rassurant, et en prenant l’exemple des pharmaciens qui pratiquent aujourd’hui cet exercice du tiers-payant, sans incidence sur leur comptabilité ni leurs finances.
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/le-tiers-payant-sera-etendu-progressivement-a-tous-les-francais-d-ici-2017_1659334.html

Anne-Sophie et son fils Tristan, plus forts que l’autisme
Sur la photo, Anne-Sophie Ferry et son fils Tristan sourient dans une complicité retrouvée. Car tous les deux reviennent de loin, de ce lointain territoire psychique qu’on appelle autisme. Assez tôt, l’auteure apprend la mauvaise nouvelle et se demande comment agir, avec son enfant, dans une situation aussi inattendue que complexe. Car tous les parents d’enfants autistes le savent, cette pathologie se distingue par des comportements asociaux, des moments de violence, de tristesse de l’enfant, d’incompréhension mutuelle. Et Tristan, durant ses premières années, n’échappe pas à la règle : mutisme, agitation, incontinence. Face à ce terrible tableau, les médecins offrent pour seule perspective à Anne-Sophie… La culpabilité essentialisante : « Faites-vous psychanalyser », « il a toujours faim ? Il dévore la Mère », « son état est le reflet de votre enfance », « faites le deuil de votre fils ». Son Salut, et celui de son fils, viendront des formations comportementales qu’elle suivra à l’université ; durant cette période, elle y apprend comment appréhender l’autisme en général, et celui de son fils en particulier. Aujourd’hui, à 13 ans, Tristan se révèle un garçon souriant, calme, aimant. Ce parcours plein d’espoir et de courage, Anne-Sophie Ferry le retrace dans un livre qu’elle publie : « Au royaume de Tristan ». Également un cri du cœur contre « un système (psychiatrique) obscurantiste qui accuse la mère »
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1355566-mon-fils-est-autiste-j-ai-pu-le-faire-progresser-grace-aux-formations-comportementales.html

Face à la cécité pétainiste, des aveugles se sont engagés dans la Résistance
Les femmes et les hommes porteurs d’un handicap ne furent pas les derniers à faire preuve de bravoure, lors de la Seconde guerre mondiale, en s’engageant dans la résistance dès 1940. Un fait d’histoire que vient de célébrer la  Fédération des Aveugles de France (FAF), en présence de Ségolène Neuville,  secrétaire d’Etat aux personnes handicapées, en dévoilant une plaque en la mémoire de 132 jeunes résistants aveugles et malvoyants. Aujourd’hui, il ne reste que 3 de ces héros, tous dépassant les 90 ans, et honorés à leurs justes valeur et combat. Certains de ces combattants, malgré leur lourde pathologie, ont fini dans les camps de concentration nazis, d’autres furent fusillés ; ce qui les rend encore plus héroïques. A l’occasion de cette cérémonie, la FAF a tenu à rappeler les autorités à leurs obligations de reconnaitre, officiellement, le rôle important qu’ont joué les résistants déficients visuels : « Alors qu’aujourd’hui l’amélioration des conditions de vie des personnes en situation de handicap, et notamment des personnes aveugles et déficientes visuelles, est reléguée au second plan, cette cérémonie vient donc rappeler à chacun de nous ce que la République doit à ces héros injustement méconnus ».
http://www.aveuglesdefrance.org/article/hommage-aux-personnes-aveugles-entrees-dans-la-resistance

Trisomie 21 : « Etre différent, c’est normal »
La journée mondiale de la trisomie 21, qui s’est déroulée le 21 mars 2015, a servi de réceptacle opportun à un enfant touché par la maladie qui s’est écrié, alors qu’il était filmé, « Etre différent, c’est normal ». Ou comment prendre à leur propre piège les valides qui se croient, eux, légitimement normaux. De fait, la preuve par l’absurde que la normalité est plus affaire de subjectivité que de science exacte. Sur Internet, cette expression enfantine restera gravée tant elle fait le buzz, car tout d’un coup l’exception fait la règle, et nous voilà tous embarqués dans une anormalité… Qui fait finalement la règle. A travers la toile, d’autres vidéos circulent, surprennent, et créent l’événement ; autant de vrais moments de téléréalité durant lesquels le handicap prend les commandes de la normalité. Et grâce aux succès en ligne, cette question devient une problématique universelle où chacun peut se reconnaitre. Conscients de ces enjeux, l’Onu comme le Parlement européen se servent des buzz créés par ces films inattendus. Objectif des institutions internationales : donner une visibilité mondiale aux personnes en situation de déficiences intellectuelles… Finalement pas si différentes des autres.
http://informations.handicap.fr/art-enfant-handicap-valide-853-7586.php

Plan autisme : un Etat en action et des associations encore sceptiques
Le plan autisme du gouvernement de 2013 à 2017 commence à produire ses effets. A l’occasion du bilan d’étape qui s’est tenu au ministère des Affaires sociales, le 16 avril 2015, en présence des associations, Ségolène Neuville, en charge des personnes handicapés, a annoncé deux engagements : Un plan de formation des professionnels, (travailleurs sociaux et personnels de santé), ainsi qu’une amélioration des conditions de scolarisation des enfants autistes. Pourtant, des manques demeurent, au quotidien, la situation reste difficile pour les familles, comme l’indique Danièle Langloys, représentante de l’Association Autisme France. Selon elle, « un énorme travail est fait depuis 2012 mais sur le terrain, les choses n'évoluent pas ». Un constat partagé par la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, tout en promettant d’agir pour rendre visible l’action réelle de l’Etat en faveur de ce handicap. Au final, le 3eme plan autisme se fixe deux grands axes : un dépistage précoce de l’autisme et une évaluation des pratiques professionnelles. Valérie Létard, sénatrice et ancienne secrétaire d’Etat, présente lors de cette rencontre, a rappelé que sur une enveloppe de 205 millions d’euros, 165 avaient restaient à être utilisés… Du grain à moudre pour les associations.
http://informations.handicap.fr/art-plan-action-autisme-875-7640.php

Don d’organes : la Carte de Donneur, c’est la vie !
En France, accepter de donner ses organes progresse mais d’un pas lent. Pourtant, un pourcentage a de quoi interpeller : 80% de la population serait prête à franchir le pas. Hélas, au bout du compte… Le compte n’y est pas ! 1/3 des français se refusent, de fait, à l’idée d’offrir leurs organes. Une réalité que regrettent les médecins, car donner c’est offrir une vie, mais aussi éviter un handicap lourd. Face à ce constat, deux députés socialistes ont décidé d’agir et de frapper un grand coup. Michèle Delaunay et Jean-Louis Touraine ont émis une proposition de loi permettant aux médecins des hôpitaux de passer outre l’avis des familles pour procéder à des prélèvements. Car les personnes hospitalisées ont parfois besoin de greffes d’organes, de tissus, de sang ; autant d’éléments précieux dans le corps humain. Seule vraie solution : le port permanent de la « carte de donneur ». L’ambition du ministère de la Santé est de la généraliser, car elle permettrait aux services hospitaliers de détenir un stock d’organes aussi potentiel qu’essentiel. Au citoyens, désormais, de franchir le pas, et de posséder la fameuse carte de donneur. Un don de soi à venir et signe d’avenir.
http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/03/31/don-d-organes-un-amendement-pour-contourner-le-consentement-des-proches_4600818_1651302.html

Parents d’enfants handicapés entre oubli et don absolus de soi
Etre parents, à l’heure où chacun tient à sa liberté professionnelle, relève du défi. Or, ce critère d’adulte ne compte pas chez l’enfant, seule prime la présence parentale. Mais être parents d’enfants en situation de handicap demande de vrais sacrifices, un don absolu de soi, une prégnance qui relève de l’assistance à enfants affaiblis par la pathologie. Ce constat n’est pas que théorique. Une étude menée dans le Limousin, à l’initiative de l'Agence régionale de santé (ARS), auprès de 600 familles concernées, prouve les difficultés que vivent ces parents-courage. Sur plan professionnel, en effet, ils se voient obligés de rogner, et sur leurs ambitions et sur leurs revenus. Pire encore, parfois le couple n’y résiste pas. Les séparations interviennent avec leurs corolaires habituels : garde d’enfants par les mères en grande majorité, mères célibataires et paupérisées, « surcharge » de parentalité. Dès lors, comme l’indique ce rapport, un oubli de sa propre personne intervient très vite. Les auteurs résument la situation des parents d’enfants handicapés en ces termes : « Beaucoup de parents sont en fait, au-delà de l'isolement psychologique, dans une forme très marquée d'effacement de soi-même, un oubli de soi ».
http://informations.handicap.fr/art-parents-isolement-separation-853-7588.php

Droit au crédit accordé pour les anciens malades du cancer
Jusqu’à présent, se voir accorder un crédit après être passé par un épisode cancéreux relevait du miracle ou du mensonge à son prêteur. Aujourd’hui, et par les dispositions du 3ème plan cancer lancé par le Président François Hollande, les anciens malades n’auront plus à craindre l’injustice d’un refus de prêt. Une vraie révolution confirmée par Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), organisme qui faisait jusque-là la pluie et le beau en matière de financement. Il s’agira, en fait, d’un droit à l’oubli, à l’égal des casiers judiciaires des primo-délinquants… Il concernera en priorité les personnes victimes d’un cancer à l’âge de l’enfance, et les personnes dont la guérison est certifiée par le corps médical, en fonction des progrès de la science. Bernard Spitz se veut confiant sur les droits au crédit, tout en  s’engageant : « Nous allons partir d'un délai maximal. Ensuite, nous pourrons affiner les délais en fonction des cancers, grâce aux données que nous aurons à notre disposition. Cela prouve que, quand on peut utiliser des données de santé, dans le respect des dispositions prévues par la loi, nous pouvons agir au bénéfice des assurés ». L’avenir le dira.
http://www.lepoint.fr/societe/emprunt-les-anciens-malades-du-cancer-auront-un-droit-a-l-oubli-17-03-2015-1913354_23.php

Julien Wiart marcheur : des fonds pour vaincre la mucoviscidose
C’est sûr, les 6000 kilomètres qu’il ambitionne d’effectuer ne risquent pas d’user ses souliers, pour paraphraser Pierre Perret. Julien Wiart a décidé de marcher pour récolter des fonds en faveur de l’association « Vaincre la mucoviscidose ». L’objectif final de ce moniteur de sport dans l’armée de l’air de rallier la Normandie aux Hautes-Pyrénées, en passant par Ax-les-Thermes, ne l’effraie, tant sa motivation est grande. Arrivé en Ariège récemment, il a dû improviser pour se trouver des abris durant ses nuits de  pérégrination solidaire. Depuis son départ le 22 aout, il a déjà accompli 3000 kilomètres, soit la moitié de son ambition finale. De fait, au-delà de ses marche et démarche militantes, notre globetrotteur l’avoue : «Je voulais voyager, rencontrer les gens de France, et découvrir la culture». Et il a été servi ! Il a croisé des habitants ouverts, généreux, concernés par cette pathologie si handicapante pour les enfants qui en sont atteints. Et au final, des dons reçus qui s’élèvent déjà à 6000 euros ! Précision d’importance, Julien Wiart s’est fixé un budget de 15 euros par jour.Alors si vous croisez son chemin, n’hésitez pas à lui offrir, pour la bonne cause, le gite… et si possible le couvert !
http://www.ladepeche.fr/article/2015/03/17/2068524-julien-6-000-km-a-pied-contre-la-mucoviscidose.html

Droit du public handicapé, une nouvelle qualification universitaire
L’université catholique de Lyon vient de lancer un tout nouveau diplôme universitaire (DU) visant à former les professionnels du droit dans la défense des droits des personnes handicapées. Ses dirigeants l’assurent, « cette formation veut contribuer à la modernisation de la justice. La prise en compte du handicap exige, à tous niveaux de l'accès au droit, la présence de juristes formés. » Un diplôme d’autant plus utile pour la mairie de Paris que la capitale organise, déjà, une permanence juridique, mais uniquement, pour les sourds et malentendants. Car, comme le souligne Anne-Sarah Kertudo, chargée de mission au sein de la Mairie de Paris, et juriste bilingue, « la majeure partie du public sourd ne sait pas lire ou a de grosses difficultés. De fait, les sourds paraissent souvent ignorants du contexte dans lequel ils évoluent et les questions qu'ils posent sur leurs droits révèlent, pour nombre d'entre eux, cette forte exclusion sociale. »
http://informations.handicap.fr/art-former-droit-handicap-853-7412.php

Les mdph parties prenantes de l’insertion sociale en France
Selon le dernier rapport de la CNSA, les champs d’intervention des mdph en France continuent de se développer. Ainsi, au-delà du handicap, ces institutions jouent aussi un rôle d’insertion sociale. Comme prévu, l’exercice 2013 est supérieur de 7% à celui de 2012. Progressent notamment les premières demandes, l’aide à l’activité professionnelle et l’attribution de la PCH. De plus en plus, les équipes pluridisciplinaires interviennent pour proposer aux usagers des prestations correspondants à leurs besoins nécessaires. Les maisons départementales s’apparentent à un édifice administratif essentiel et efficient mais qui doit s’adapter à des demandes en constante progression, et en nombre, et en qualité. En 2013, plus 1.5 millions de dossiers ont été déposés, ce qui correspond à 3.7 millions de dossiers à traiter. Des défis importants que les mdph s’attachent à relever depuis leur lancement en 2006.
http://lalettrecnsa.cnsa.fr/lettre28/dossier/des-mdph-agiles-mais-encore-fragiles.html

Technologie : Vers la fin des handicaps ?
Et si demain les implants et la nouvelle technologie venaient pallier les carences et les handicaps humains ? Nulle question de bioéthique ici, juste le mariage harmonieux et utile de la technique et des nécessités humaines. Les besoins sont tels que des sociétés investissent du capital humain, technique et financier pour parvenir à des résultats aussi efficients que commercialisables. C’est le cas de la société française Pixium Vision qui conçoit actuellement des implants posés sur la rétine qui permettent aux malvoyants d’améliorer leur vision. Autre invention essentielle, la cane blanche qui vibre dès qu’un obstacle est détecté à plus de 60 centimètres ; diminuant ainsi les risques de chutes ou de heurts brutaux. La société Duspavoni, productrice de ces canes, élabore pour demain des chaussures intelligentes car anti-obstacles. Quant à celle-ci, elle rappellera aux plus anciens « l’Homme qui valait 3 milliards », il s’agit d’une prothèse bionique pour retrouver le sens du toucher. De leur côté, l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne et l'Institut italien de Pise se sont unis pour mettre en place un système d’électrodes implantés sur certains nerfs du bras qui créent des impulsions nerveux et aide à retrouver des sensations de texture et de forme. Sont notamment concernées les personnes amputées d’un membre supérieur. Tant et plus de créations originales et compensatrices d’un handicap que l’on croyait irrémédiable.
http://lexpansion.lexpress.fr/high-tech/7-prototypes-high-tech-au-secours-des-personnes-handicapees_1628289.html

Hyperactifs, une chance à l’heure du 2.0
L’hyperactivité un handicap cognitif ? Pas que. Des chercheurs américains ont découvert que cette pathologie pouvait se transformer en capacité d’adaptation à l’heure du 2.0. Les enfants hyperactifs savent développer de grandes facilités en véritables spécialistes d’Internet. Attirés par de multiples projets, curieux par instinct, notre période de course à la nouveauté technologique et aux changements parait faite pour eux. Ce que confirme le psychiatre américain, Richard Friedman, qui se veut résolument optimiste : « Dans le bon environnement, ces traits de personnalité ne sont pas un handicap et peuvent être un réel atout ». Un avis partagé par le docteur Dominique Dupagne qui se penche depuis longtemps sur cette question : « Notre monde en pleine mutation et en accélération est fait pour eux ». Des versions souriantes de l’hyperactivité ne devant pas masquer ses aspects lourdement handicapants, comme une certaine difficulté à se concentrer. Reste que cette découverte a bien évidemment ses cotés séduisants lorsqu’on songe à certaines célébrités hyperactives reconnues pour leur seul talent…. Des noms ?  La journaliste de radio Pascale Clark, Antoine de Caunes, et, last but not least, Steve Jobs… Figure tutélaire de tous les geeks !
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/et-si-l-hyperactivite-etait-une-chance_1627770.html

Une ligne téléphonique pour les maladies rares
Les maladies rares sont un fléau pour ceux qui en sont victimes. Il n’empêche, des structures existent qui accompagnent les malades ; car au-delà des soins, ces derniers ont besoin d’écoute, de compréhension et de lien social. A cet effet, « Maladies Rares Infos Service » propose à tous, depuis deux ans, une ligne téléphonique où les personnes touchées peuvent bénéficier d’un accompagnement autant moral, psychologique que médical. Ce service téléphonique se donne quatre missions en particulier : l’information et le soutien, le « réseau social patients » maladies rares, des services complémentaires en fonction des activités, et la mise à disposition de la ligne Maladies rares infos services. Une ligne, effectivement, très utile tant ces pathologies mystérieuses confinent au handicap le plus absolu, car inconnues de la médecine. Maladie rares infos services représente, de fait, un complément souple et salutaire pour les victimes et les familles qui se posent, légitimement, des questions sur ces maladies dites, aussi, orphelines. Au plein sens du terme. Tél. 01.56.53.81.36 (prix appel local)
http://www.maladiesraresinfo.org

Aidants familiaux : l’appel du pied aux financements par les entreprises
A l’heure du vieillissement global de notre société, et d’une prise en compte plus complète des personnes à mobilité réduite et en situation de handicap, l’Union nationale des associations familiales (Unaf) et l’Observatoire de la responsabilité sociétale des entreprises (Orse) proposent un guide précis des aidants familiaux. Premier constat, ces aidants sont dans une grande majorité des cas, 62 %, des membres de la famille. Plus de 8 millions d’aidants consacrent leurs journées à leur proche ou à une personne en demande. Par la publication de ce guide, les deux associations veulent particulièrement sensibiliser les acteurs économiques, et les entreprises en général. Une choix de cible pertinent, qui, espèrent-elles, pourrait se traduire par des soutiens économiques via des aides financières aux salariés, des attributions de jours d’absence couverts, des améliorations des droits en vue de départ en retraite, des indemnisations congés familiaux avec la personne aidée. Ou comment impliquer les entreprises, acteurs économiques à la responsabilité sociale évidente.
http://asp-indus.secure-zone.net/v2/index.jsp?id=1251/1643/4022&lng=fr

Impôts 2015 : L’Epargne handicap sous le signe de la simplification administrative
En attendant de voir leurs impôts baissés, les personnes en situation de handicap vont pouvoir profiter des simplifications administratives déjà en cours. Ainsi, dès 2015, pour les revenus de 2014, ces contribuables n’auront plus l’obligation de joindre, à leur déclaration de revenus, un certificat de Contrat d’Epargne Handicap remis par l’assureur, et jusqu’ici nécessaire. Ce contrat de 6 ans, qui s’assimile à une assurance-vie, permet, en fin d’échéance, de disposer soit d’un capital revalorisé, soit d’une rente, tout en bénéficiant de 25 % de réduction d’impôts sur les sommes épargnées. Une mesure qui semble bénigne qui, pourtant, soulage de toute phobie administrative quand il s’agit de justifier ces revenus auprès des services fiscaux. A noter que si le justificatif n’est plus à présenter lors de la déclaration fiscale, ce document demeure susceptible d’être demandé pour des contrôles éventuels. En 2015, entre les baisses d’impôts prévues et les simplifications administratives progressives, les contribuables devraient retrouver le sourire…
http://informations.handicap.fr/art-declaration-impot-handicap-54-7169.php

Manuel Valls : Toutes les lois sous le signe du handicap
La dimension handicap doit aujourd’hui être visible dans tous les projets de loi présentés par les ministres et secrétaires d’Etat. Le Premier ministre, Manuel Valls, vient de rappeler à son équipe gouvernementale cet engagement de son prédécesseur Jean-Marc Ayrault, en insistant sur le fait que « la prise en compte des personnes en situation de handicap doit constituer une préoccupation générale de l'action du gouvernement », et sur le nécessaire temps de réflexion sur cette question ainsi que l’établissement de diagnostics de handicap. Une imitative saluée par les associations, mais qui, échaudées par les retards des projets d’accessibilité, attendent de voir comment cette injonction se traduira sur le terrain législatif. De son coté, la Conférence nationale du handicap (CNH) se montre tout aussi prudente car « cet engagement semble parfois n'être qu'une suggestion, et seul l'avenir nous dira si les ministres ont respecté les consignes du premier d'entre eux ».
http://informations.handicap.fr/art-lois-valls-gouvernement-853-7032.php

Don de RTT : De l’acquis social au geste de solidarité entre salariés
Après avoir été une véritable conquête sociale, la RTT peut aujourd’hui se transformer en grand geste d’humanité. Désormais, il est possible à un salarié « d’offrir » sa RTT à un collègue parent dont l’enfant est gravement malade. Cette disposition intervient après que des salariés eurent offert, en 2012, à l’un de leur camarade d’entreprise, l’ensemble de leurs jours de compensation (soit 170) pour qu’il accompagne son fils en fin de vie. La loi Mathis du nom de l’enfant décédé n’attendait que l’aval des sénateurs pour être généralisée dans le privé, et dans la fonction publique. Cette loi précise que l’employé concerné doit assumer la charge d'un enfant âgé de moins de 20 ans atteint d'une maladie, d'un handicap ou victime d'un accident (situation attestée par un certificat médical détaillé). Durant son absence, il continue de percevoir son salaire, puisque son absence est compensée dans l’entreprise ou dans l’administration.
http://informations.handicap.fr/art-rtt-loi-humanitaire-53-6865.php

Plus de places dans les établissements d’accueil
A l’échelle du nombre de personnes en situation de handicap en France, on pourrait considérer que le nombre de places qui leur sont attribuées en établissement d’accueil sont manifestement insuffisantes. Elles s’élèvent aujourd’hui à 3761 (2 143 pour adultes et 1 618 pour enfants). Fort de ce constat, le gouvernement, par la voix de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée chargée des personnes handicapées, vient d’annoncer que ce nombre passerait, d’ici 2016, à 16000 places. « Nous devons rattraper le retard accumulé ces dernières années. Avec 10 places ouvertes par jour, nous apportons toute l'année de nouvelles solutions de prise en charge pour les familles. Pour répondre aux besoins les plus urgents, et notamment ceux des personnes polyhandicapées ou handicapées vieillissantes », a déclaré la ministre. Reste le cas spécifique des Esat dont le nombre de places devrait rester inchangé.
http://informations.handicap.fr/art-places-accueil-etablissements-853-6719.php

Un guide pour comprendre l’organisation des établissements d’accueil
Parmi les nombreux guides et ouvrages destinés à mieux comprendre le champ du handicap, en voilà une qui se distingue par son utilité pratique. Il s’intitule : « Secteur médico-social : comprendre pour agir mieux ». Publié par L'Agence nationale pour l'appui à la performance (ANAP) des établissements sanitaires et médico-sociaux, « Cette guide vise à apporter les principaux éléments de compréhension relatifs au secteur médico-social. Il traite spécifiquement des établissements et services accompagnant des personnes âgées et des personnes handicapées, enfants et adultes », précise ses rédacteurs. Ce guide comporte deux grands axes de présentation : le premier est consacré aux acteurs du champ sanitaire, le second évoque, plus largement,  les perspectives et les adaptations des établissements d’accueil en fonction des nouveaux besoins des usagers. Téléchargez ce document sur http://www.anap.fr/uploads/tx_sabasedocu/secteur_medicosoc_comprendre_pour_agir_mieux.pdf

 

Page précédente